publicité

Remonter à cheval après une chute

A Vierzon, un stage spécial "remise en selle", basé sur la méthode Alexander, permet aux cavaliers de remonter à cheval après une chute. Son but : améliorer la posture et mettre fin aux mauvaises habitudes et mauvais réflexes qui parasitent la symbiose entre le cheval et son cavalier.

  • L.A.
  • Publié le 19/07/2013 | 11:43, mis à jour le 19/07/2013 | 11:44
© F3 centre
© F3 centre
Lorsqu’on tombe de cheval, c’est bien connu, il faut tout de suite remonter en selle. Ça c’est la théorie. Mais en pratique, après une blessure ou une chute spectaculaire, il est difficile de retrouver complètement la confiance en soi. D’où l’idée développée à Vierzon d’un stage spécial de remise en selle, basé sur la méthode Alexander.

Véronique Bartin applique la méthode Alexander à l'équitation
Pour remettre les cavaliers dans le droit chemin Véronique Bartin applique la méthode Alexander depuis maintenant 15 ans.
Son enseignement repose sur trois fondamentaux :
  • Le désir de changement, qui ne peut se concrétiser que s’il est précis, positif, dans un contexte choisi.
  • Le processus de changement débute par la prise de conscience de l’état présent.
  • Le changement doit avoir des conséquences positives durables pour la personne.
Chaque mois, huit stagiaires viennent profiter de ses conseils. Reportage France 3 Centre, Nicolas Chigot, Stéphane Dosne :
stage de remise en selle


La méthode Alexander
La méthode Alexander est basée sur des leçons individuelles. Chaque leçon encourage l'élève à associer une nouvelle façon d'utiliser son corps à une nouvelle façon de penser l'activité concernée.

En apprenant à changer nos réactions face aux exigences de la vie moderne, nous réapprenons à accomplir nos tâches, simples et complexes, avec plus d'aisance et de plaisir. (méthode Alexander)




La méthode est une remise en question totale de ses acquis. "Il ne s’agit pas d’apprendre, mais de ré-apprendre ce que tous les hommes, et tous les vertébrés en général, savent instinctivement à la naissance : les mouvements du corps sont naturellement dirigés par la dynamique « tête – cou – dos », qu’Alexander appelle le « contrôle primaire ». « Il suffit de regarder un cheval qui court, explique la formatrice. Vous verrez que c’est sa tête, projetée vers l’avant, qui mène son corps. Ses pattes ne font que suivre le mouvement. On constate la même chose chez les très petits enfants, qui sont en mouvement permanent, et qui ont toujours la tête bien alignée avec la colonne vertébrale". La suite du test réalisé par la journaliste de Psychologies Magazine, à suivre en cliquant ici.

les + lus

les + partagés